Communiqué de presse
A l’occasion de la visite du travail et d’amitié du Président de la République, Monsieur François Hollande, au royaume du Maroc, les 19 et 20 septembre 2015, une déclaration conjointe relative à la coopération franco-marocaine en matière de formation d’imams au sein de l’institut Mohammed VI de Rabat a été signée ce samedi 19 septembre 2015, en présence des deux chefs d’Etat, par le ministre des Affaires Etrangères et du Développement International, monsieur Laurent Fabius et par le ministre des Habous et des Affaires Islamiques, monsieur Ahmed Toufiq.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a inauguré le 27 mars 2015 cet institut de formation d’imams, morchidines et morchidates, et a décidé le 24 juin 2015 de le rattacher à la prestigieuse Université Al Quaraouiyine de Fès qui est amenée à jouer un rôle central dans l’enseignement et la formation des cadres religieux.

Avec une prise en charge en pension complète par le Maroc, cet institut de renommée internationale permet à des centaines d’étudiants marocains et étrangers de suivre une formation théologique de haut niveau puisant dans un islam de juste milieu empreint des valeurs d’ouverture, de modération et de compréhension mutuelle entre toutes les cultures et les civilisations. Des formations complémentaires tenant compte des besoins et des exigences des différents pays dont sont originaires les étudiants, y sont également dispensées.

L’Union des Mosquées de France (UMF), sollicitée par de nombreuses mosquées désireuses de recruter des imams français, avait obtenu le 30 juillet 2014 l’accord de Sa Majesté le Roi Mohammed VI d’accueillir chaque année une cinquantaine d’étudiants français pour une formation d’une durée moyenne de trois ans au sein de l’institut Mohammed VI. Une première promotion d’une vingtaine d’étudiants, venant de différentes régions de France, ont ainsi intégré l’institut dès son inauguration et 30 autres devraient les rejoindre courant septembre 2015.

La déclaration conjointe du 19 septembre 2015 ouvre de nouvelles perspectives pour la formation des cadres religieux, notamment par la mise en place d’un mécanisme de suivi visant à assurer une meilleur coordination entre la France et le Maroc. Les candidats français déjà inscrits dans l’institut Mohammed VI suite à l’accord du 30 juillet 2014, comme ceux qui ont candidaté via l’UMF pour la rentrée de septembre 2015, sont concernés par cette déclaration conjointe.

Les étudiants français formés à l’institut Mohammed VI s’inscriront à leur retour en France à une formation universitaire supplémentaire axée sur la sociologie des religions en France et le droit des cultes. Cette formation, dispensée au sein d’une dizaine d’universités et d’instituts français, est ouverte aux ministres de culte, dont les imams, ainsi qu’aux responsables des associations gestionnaires des lieux de culte et à des fonctionnaires de l’Etat. Elle sera exigée également aux candidats au poste d’aumônier.

Les étudiants présentés par l’UMF, ayant suivi avec succès les deux formations, rejoindront leur lieu d’affectation préalablement défini par une convention tripartite entre l’Union des Mosquées de France, le candidat et l’association gestionnaire de la mosquée d’affectation. Ils pourront aussi être proposés pour assurer des fonctions d’aumôniers.

Grâce à cette coopération entre la France et le Maroc, l’UMF espère pouvoir répondre aux besoins immédiats en matière de formation d’imams et d’aumôniers et préparer par la même occasion les futurs enseignants des structures de formation à créer sur le territoire français.

L’UMF engagée dans la lutte contre toutes les formes de radicalisation, est convaincue que la formation d’imams disposant des connaissances nécessaires pour promouvoir l’islam de juste milieu doit être au cœur de tout dispositif de prévention et de lutte contre les dérives extrémistes.

Paris, le 20 septembre 2015
Mohammed MOUSSAOUI, 
Président de l’Union des Mosquées de France