Communiqué de presse

L’Union des Mosquées de France (UMF), a appelé à des Etats généraux sur le radicalisme et organisé une dizaine de rencontres avec les imams et aumôniers de différentes régions de France. Lors de ces journées de réflexion, les participants ont réaffirmé, leur engagement à poursuivre leur mobilisation dans le cadre de la mission qui est la leur et à apporter toute leur contribution en matière de lutte contre la radicalisation et à participer à l’effort national en matière d’éducation aux valeurs qui fondent notre vivre ensemble.  Plusieurs propositions ont été faites dans ce sens dont voici quelques exemples:

1. Création de conseils des imams et d’aumôniers au niveau régional et national; qui pour encourager les actions  collégiales et donner plus de force à la parole des imams.

2. Améliorer la formation initiale et continue des cadres religieux pour mieux interagir avec un contexte de plus en plus complexe et exigeant. Pour cela, L’UMF a initié  le 30 juillet 2014 un partenariat avec l’institut Mohammed VI de Rabat, pour la formation des imams, morchidines et morchidates qui va se renforcer suite à la déclaration conjointe franco-marocaine signée lors de la visite du Président de la République au Maroc les 19 et 20 septembre dernier. Cette coopération permettra de répondre aux besoins immédiats en matière de formation de cadres religieux et de préparer les futurs enseignants des structures de formation à créer sur le territoire national.

3. Le contenu du prêche du vendredi, comme moyen d’enseignement et d’élévation spirituelle suivi par plus d’un million de musulmans, doit faire l’objet d’un travail collégial, au sein des conseils des imams, digne des défis auxquels sont confrontés les musulmans de France. Une parole commune des imams peut s’avérer nécessaire à des moments particuliers.

4. L’enseignement religieux dispensé dans les mosquées, les écoles et instituts doit fixer parmi ses objectifs de donner aux jeunes des clefs de compréhension et des « filtres de connaissances » qu’ils leur permettraient de faire face aux propagandes extrémistes. L’indivisibilité de la vie et de la dignité humaines, le respect de la pluralité religieuse, la préservation de la  paix et la défense de la justice, sont des exemples parmi ces filtres. 

5. Constatant que la radicalisation s’effectue essentiellement à travers l’internet et les réseaux sociaux et que les radicaux utilisent des techniques de communication faisant appel à des ressorts spécifiques à la jeunesse, il convient de mettre en place des moyens de lutte contre la radicalisation adaptés à cette réalité;

6. Les parents doivent s’investir davantage dans l’éducation de leurs enfants qui sont  confrontés à des réalités complexes et à des risques accrus.  Ils doivent également apporter toute leur aide et tout leur soutien aux équipes pédagogiques de l’éducation nationale qui sont leurs premiers alliés dans leur mission d’éducation et de transmission du savoir et des valeurs;

7. Le principe de la Laïcité, qui par la neutralité de l’Etat et la séparation du politique et de religieux, garantit à tous la liberté en matière de religion et l’égalité de tous indépendamment de leur conviction religieuse ou philosophique, doit être expliqué et promu. Les imams doivent tout mettre en œuvre afin de permettre au citoyen musulman de concilier entre son engagement religieux et son engagement citoyen et de vivre ces deux engagements dans la paix et la sérénité;

8. Le dialogue inter-religieux qui est, aujourd’hui plus que jamais, une nécessité pour la paix et la cohésion nationale, doit se traduire au sein de nos lieux de culte avec nos fidèles, comme au sein de nos familles avec nos enfants, par un discours présentant avec estime et respect le choix de nos concitoyens en matière de conviction ou de religion;

9. Partant de la parole de sagesse : « l’Amour de la Patrie est le fruit d’une foi sincère », invoquée dans la tradition musulmane, pour rappeler aux fidèles leur obligation à l’égard de leur patrie et de leur concitoyens, les imams sont appelés à élever une prière pour la République française et pour le peuple français à l’occasion du prêche du vendredi et des rencontres et cérémonies religieuses.

L’UMF qui a d’ores et déjà commencé à mettre en œuvre ce plan d’action, a programmé une série de rencontres et de journées d’étude pour élaborer les modalités pratiques de chaque action.

Fait à paris le 21 septembre 2015

Mohammed MOUSSAOUI

Président de l’UMF