Communiqué Profanation de la mosquée de Bergerac

L’Union des Mosquées de France (UMF) condamne fermement l’acte de profanation qui a visé la mosquée de Bergerac en cours de construction. Dans la nuit du dimanche 24 à lundi 25 mars , une tête de porc a été déposée devant la future porte de la mosquée et ses murs ont été maculés de sang.

Alors que les musulmans de Bergerac se trouvaient sous le choc de cette provocation méprisable, le président du dénommé « Collectif de défense des droits des riverains en Bergeraçois (CDDRB) », qui a initié une pétition et engagé une procédure en justice contre la construction de la mosquée, a tenu des propos scandaleux.

Ce dernier a déclaré à la presse « comprendre » que les « gens veuillent régler leurs comptes » et que « Les riverains sont sur les nerfs, certains veulent faire sauter la mosquée quand elle sera construite ».

Ces déclarations, que rien ne saurait justifier, sont de nature à exacerber les tentions et à banaliser des actes de violences ou inciter à les commettre.

L’Union des Mosquées de France exprime sa totale solidarité avec les responsables de la mosquée et l’ensemble des musulmans de Bergerac et appelle les musulmans de France à apporter leur aide et leur soutien à ce projet attendu par les fidèles depuis près de 12 ans. 

 

Paris, le 26 mars 2019

Union des Mosquées de France

Fil de navigation